Venue d’Alépé avec une grossesse compliquée, une femme enceinte est sauvée au CHU de Angré

Les Ivoiriens ont développé une attitude de méfiance à l’égard des CHU eu égard à certains témoignages sombres qui leur sont parvenus en écho. Ceux qui ont un peu de moyens, préfèrent collaborer avec les cliniques privées, où, disent-ils, le personnel se fait plus attentionné. Pourtant, un travail formidable se fait au sein de nos CHU, qu’il ne faut, d’ailleurs, pas tout le temps jeter en pâture. 

 Yao Chantal est une jeune femme ivoirienne qui vit dans un campement, dans la région de la Mé. Porteuse d’une grossesse, elle ressent de vives douleurs ce mercredi 11 janvier. Il lui faut urgemment accoucher ! La sage-femme de la localité, impuissante, ne veut pas prendre de risque. La situation de la patiente est très compliquée et nessecite une intervention chirurgicale. De plus, elle avertit la famille :

« Il faut que le bébé naisse dans les 45 minutes sinon il ne pourra plus respirer ! »

Photo : LCB

Préau du CHU de Angré

****

 Le mari de Chantal, accompagné de sa belle-sœur, envoie rapidement sa femme à l’Hôpital Général d’Alépé. Malheureusement le médecin n’y est pas. On dit qu’il serait souffrant. Il fait tard. Il faut vite trouver une solution. La famille parvient à négocier avec une ambulance, pour un départ sur Abidjan, au CHU de Angré. Quarante mille francs CFA pour ces 55 kilomètres de trajet. Ils prennent la route à 2 heures du matin, et arrivent au CHU à 10 heures, le jeudi 12 janvier 2022. Les 45 minutes d’ultimatum évoquées par la sage-femme du campement ont largement été outrepassées. Quel est l’état évolutif de la gestante ? Sans demander, même moro* à la famille, le personnel du CHU de Angré expédie rapidement Chantal en salle et procède à l’opération. Un médecin s’est chargé de procéder à l’accouchement par césarienne. Au bout de quelques heures, on annonce à Konan Francis, le mari, très anxieux au préau : « Votre enfant est né sain et sauf, et madame se porte bien ! »

 Ce vendredi 13 janvier, j’ai rencontré Konan Francis et sa belle-sœur au CHU de Angré, le sourire sur leurs lèvres après qu’ils ont vu le nouveau-né et sa mère, tous deux en parfaite santé. Tout ce qui leur a été demandé de faire, c’est d’acheter le carnet de l’enfant ainsi que quelques médicaments…

 Félicitations au personnel du CHU de Angré pour son professionnalisme, et particulièrement à ce médecin qui a réussi cette césarienne ! Des actions à promouvoir pour renouer avec la confiance avec la population !

Louis-César BANCÉ

*Même moro : argot ivoirien, pas même 5 francs

Source: Opéra news

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Pin It on Pinterest