Hausse du pass Navigo de 12 % en 2023, à 84,10 euros

Pour éviter un passage du pass Navigo à 90 euros, le gouvernement a décidé d’accorder une aide d’urgence à la région Île-de-France, quelques minutes avant l’annonce des nouveaux tarifs Navigo pour 2023.

PHILIPPE LOPEZ / AFPEn 2023, le pass Navigo devrait connaître une forte augmentation de son tarif, passant de 75,20 à 90 euros.

TRANSPORTS – Le prix du pass Navigo pour 2023 est connu. À la veille d’un vote crucial, Île-de-France Mobilité a annoncé ce mardi 6 décembre qu’il augmentera le tarif du pass Navigo de 11,8 %, passant de 75,20 à 84,10 euros à compter du 1er janvier 2023.

Quant au ticket de métro, il verra son prix passer de 1,90 à 2,10 euros. Le carnet de 10 titres T+ coûtera, lui, 19,10 euros, soit une hausse de 13 %. Augmentation à prévoir également du côté des tickets vendus dans les bus, passant de 2 euros à 2,50 dès l’année prochaine. Et si certains billets ne changent pas de prix (comme les billets origine-destination, pour les trajets entre Paris et la banlieue), le titre de transport qui subira la plus forte augmentation en janvier est le pass Navigo à la semaine : de 22,80 à 30 euros (+31,6%), selon les données d’un document d’Île-de-France Mobilités.

Des augmentations significatives mais toutefois inférieures aux estimations prévues jusqu’alors, grâce à la subvention gouvernementale de 200 millions d’euros annoncée ce mardi par l’État. En effet, quelques minutes avant l’annonce de ces nouveaux tarifs, le gouvernement avait décidé de mettre la main à la poche pour limiter la hausse qui était alors envisagée à 90 euros.

« AIDE EXCEPTIONNELLE »

Dans une interview accordée au Parisien, le ministre des Transports Clément Beaune a annoncé que le gouvernement comptait débloquer 200 millions d’euros pour combler le déficit annoncé de l’organisme qui gère les transports dans la région. Mais ce n’est pas tout, puisque le gouvernement va aussi donner 100 millions d’euros aux autorités organisatrices de transports publics de province, a par ailleurs annoncé Clément Beaune.

« Nous allons accorder une aide exceptionnelle importante pour 2023 aux collectivités qui organisent les transports. Cela va représenter 300 millions d’euros d’aides, dont 200 millions pour Île-de-France Mobilités. Et 100 millions pour les autres autorités organisatrices en France », détaille-t-il, au milieu de cet important bras de fer entre le gouvernement et Valérie Pécresse, présidente d’Île-de-France mobilités.

Un geste d’« équité » en faveur des régions, justifié par Clément Beaune : « L’équité c’est de partir du principe que ce soutien ne peut pas concerner que l’Île-de-France, mais aussi les autres régions ou métropoles qui seront aidées ».

En revanche, le ministre des Transports botte en touche concernant l’augmentation à venir du pass Navigo, dont la décision sera définitivement actée mercredi 7 décembre. « C’est le conseil d’administration d’IDFM qui aura à fixer le prix ce mercredi pour l’année 2023. L’Etat n’en a ni le pouvoir ni l’intention dès lors que nous parlons d’une compétence décentralisée », renvoyant Valérie Pécresse à ses responsabilités.

« TROIS MOIS QUE LES FRANCILIENS GALÈRENT »

Clément Beaune assume également d’avoir cédé sous la pression de la région plutôt que de faire payer les usagers. « Le gouvernement a pris ses responsabilités, la région doit faire de même. Ce qu’on ne peut pas accepter de dire, c’est que soit c’est l’État qui paie, soit c’est l’usager qui est racketté », lance-t-il, dans un tacle à peine voilée à la présidente de la région Île-de-France.

Un geste contraint mais qui s’explique également par la très mauvaise période rencontrée par les usagers des transports en commun parisiens depuis plusieurs mois. « Je sais que ça fait déjà plus de trois mois que les Franciliens galèrent. La RATP fait tout pour améliorer les choses […] Je sais que la période est difficile, mais cela peut et doit s’améliorer dans les mois à venir », reconnaît le ministre, jouant la carte de l’apaisement.

« Nous sommes aussi en train de développer des infrastructures de transports modernes. Dans le budget de l’État pour 2023, nous mettons aussi 800 millions d’euros pour développer les lignes de métro du Grand Paris », ajoute Clément Beaune, conscient des besoins urgents pour dynamiser les transports en commun de la capitale.

Source: https://www.huffingtonpost.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Pin It on Pinterest