AHIWO ORCHESTRA, LA LEGENDE CONTINUE !

Si l’on devait identifier la ville d’Afféry à quelque chose, du genre sa mascotte, nul doute que le choix d’une grande partie des populations irait à Ahiwô Orchestra. Tant cet orchestre résume à lui seul l’identité culturelle du pays Akyé.

« Ahiwo » signifie en Akyé : « souvenons-nous », renforcé par International pour affirmer l’universalité de sa musique, nous donnera de vivre encore d’intenses années de joie et de bonheur.

Ce sympathique peuple, sous-groupe du grand groupe Akan est reconnu pour son amour pour la musique ; et non pas n’importe laquelle !

Les Akyé adorent le live, comme nos frères Congolais de l’Afrique centrale. Et c’est peu dire !

La Petite Merveille venue d’Afféry

Certes Ahiwô Orchestra n’est pas le seul groupe musical de la région, mais cet orchestre est le plus emblématique. Crée en 1995 sur les cendres du défunt « Les Rossignols d’Ananguié », Ahiwô Orchestra a rapidement conquis les cœurs des mélomanes Akyé puis de tous les ivoiriens. Atsé Hilarion, le lead vocal (en son temps) et ses amis diffusent de l’«akô » ou de l’«ayô», deux musiques populaires du peuple Akyé. 

Bootsé par l’aura de Yapi Zimbabwé, originaire d’Afféry, sa renommée a vite dépassé les frontières Affériennes, de la Mé et même de la Cote d’Ivoire. L’orchestre est devenu Ahiwô International, en 2003.

Cet orchestre est un bel exemple d’excellence et de constance, comme on en voit rarement dans le milieu. Le groupe a produit de grands artistes qui évoluent dans divers orchestres de la place.

Ahiwô International est aussi très prolifique en production discographique.

Les poulains de Yapi Zimbabwé ont « accouché » d’innombrables albums dont on pourrait citer pêle-mêle « Espoir », sorti en Mai 1998, « Persévérance » (Décembre 1998), « Paris 2000 » (en Décembre 99), « Union », en Mars 2000, « Sensation » (Décembre 2000), « Tour de contrôle », en Décembre 2001, « Arc-en-ciel » (Décembre 2002. Le premier best of du groupe baptisé « Ebié sin bin » est sorti dans les bacs en Avril 2003. Puis ont suivi les livres sonores « Extase », en Novembre 2004, « Ouragan », en Novembre 2005, etc.  Tous des tubes ventilés à travers le monde entier.

Atsé Hilarion, une identité remarquable de l’orchestre

Ce qui a valu au groupe de parcourir plusieurs scènes ici en Cote d’Ivoire comme à l’extérieur (en France, en particulier).  Sa scène préférée au niveau national est « Le Maquis du Château », situé à Abobo-Avocatier.

Avec Ahiwô International, la Légende continue…

Patrick Russel

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Pin It on Pinterest